memoire-et-environnement.png

 Mémoire &
environnement

Le thème de cette année est dédié à un sujet de société majeur : l'effet de l'environnement sur la mémoire.

Plan de travail 1@2x.png

L'orientation 2021

La préservation de l'environnement est un enjeu de société majeur. Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, notre mode de vie de plus en plus urbain a réduit les opportunités d’interaction avec l’environnement naturel. Sur la même période, cet environnement, toujours en lien avec l’évolution de notre mode de vie, a été grandement fragilisé (pollution, réchauffement climatique, perte de la biodiversité...). Parallèlement, la prévalence des troubles psychiques (stress, anxiété, dépression, troubles de la mémoire etc.) s’est accrue.

Or, l’environnement naturel impacte directement notre santé mentale et le bon fonctionnement de notre mémoire en particulier. Un environnement hospitalier ou bienveillant fournira à notre mémoire un cadre de fonctionnement stimulant. A l’inverse, un environnement hostile, malveillant ou encore imprévisible, sera générateur de pathologies mentales qui viendront entraver le fonctionnement de notre mémoire.

Il existe un consensus scientifique validant l’impact de l’environnement naturel sur la santé mentale, et le fonctionnement cognitif en particulier. Les effets positifs de l’environnement sur la mémoire renvoient à des processus cérébraux identifiés. Ainsi, il est possible d’affirmer que notre cerveau est capable de se modifier sous l’effet de la nature. En ce sens, nous pouvons impacter positivement le fonctionnement de notre mémoire en favorisant le contact avec l’environnement naturel.

Pour que les recherches en ce sens puissent aller plus loin, l'Accélérateur des Mémoires propose cette année le thème "Mémoire et Environnement".

Capture d’écran 2021-05-18 à 16.32.43.

26%

des Français considèrent qu’une catastrophe écologique est un des traumatismes les plus difficiles à affronter après l’attentat, les violences sexuelles de guerre, le conflit armé et l’épidémie/crise sanitaire.

Sources : Sondage IFOP octobre 2019